Ecoles
Outils en ligne
Revue de presse
Articles en ligne
Liens documentaires
Forum de discussion
Blogs
Agenda
Description
Activités
Contacts

Accueil > Partager > Revue de presse

Responsabilité des entreprises : Reporters sans frontières appelle les internautes et les bloggers à soutenir ses recommandations sur la liberté d’expression

Reporters sans frontières a publié, le 6 janvier, six propositions concrètes pour garantir que les entreprises du secteur d’Internet respectent la liberté d’expression lorsqu’elles opèrent dans des pays répressifs.

L’organisation appelle les bloggers et les internautes à signer une pétition en ligne pour apporter leur soutien à cette initiative.

Ces recommandations et la liste des pétitionnaires seront adressées au gouvernement et aux élus américains, car toutes les entreprises mises en cause dans ce document sont basées aux Etats-unis. Elles concernent toutefois l’ensemble des pays démocratiques et seront ainsi transmises également au secrétaire général de l’OCDE et aux responsables de l’Union européenne.

Les propositions de Reporters sans frontières

Reporters sans frontières a choisi de segmenter ses recommandations en fonction du type de service ou d’équipement commercialisé :

- Les services d’e-mail :

Les entreprises américaines ne seraient pas autorisées à héberger des serveurs d’e-mail sur le territoire d’un pays répressif*. Ainsi, si les autorités d’un pays répressif souhaitent obtenir des informations personnelles concernant l’utilisateur d’un service de mail commercialisé par une entreprise américaine, elles devraient le faire dans le cadre d’une procédure supervisée par la justice américaine.

- Les moteurs de recherche :

Les moteurs de recherche ne pourraient plus intégrer de filtres automatiques censurant des mots-clefs dit "protégés". Une liste de ces mots-clefs "protégés" - tels que "démocratie", ou "droits de l’homme" - devrait ainsi être jointe à la loi ou au code de déontologie.

- Les hébergeurs de contenu (sites Web, blogs, forums de discussion, etc.) :

Les entreprises américaines ne seraient pas autorisées à placer leurs serveurs d’hébergement sur le territoire de pays répressifs. Si les autorités d’un pays répressif souhaitent obtenir la fermeture d’une publication hébergée par une entreprise américaine, elles devraient le faire dans le cadre d’une procédure supervisée par la justice américaine. Comme les moteurs de recherche, les hébergeurs de contenu ne seraient pas autorisés à mettre en place des filtres automatiques censurant des mots-clefs dit "protégés".

- Les technologies de censure du Net

Reporters sans frontières propose deux options :

Option a :les entreprises américaines ne seraient plus autorisées à vendre aux Etats répressifs des logiciels de censure d’Internet.

Option b : ce type de logiciel est toujours commercialisable, mais inclurait une liste de mots-clefs "protégés" qui seraient rendus techniquement impossibles à censurer.

- Les technologies et équipement de surveillance d’Internet

Pour vendre à des pays répressifs des technologies ou des équipements permettant d’intercepter les communications électroniques, ou des technologies ou des équipements conçus spécifiquement pour aider les services des pays répressifs à surveiller les internautes, les entreprises américaines devraient obtenir une autorisation expresse du département du commerce.

- Les formations

Avant d’engager un programme de formation portant sur des techniques de surveillance et de censure d’Internet dans un pays répressif, les entreprises américaines devraient obtenir une autorisation expresse du département du commerce.

- Une liste des pays répressifs de la liberté d’expression devrait être établie, sur la base des documents produits par le State Department américain, et annexée au code de déontologie ou au texte législatif adopté. Cette liste serait mis à jour régulièrement.

Note : Ces recommandations ont pour objectif de protéger la liberté d’expression. Elles ne visent en aucune manière à limiter la nécessaire collaboration interétatique dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, la pédophilie ou la cybercriminalité.

Pour soutenir cette initiative, signez la pétition.

La démarche

Reporters sans frontières est convaincue que la rédaction d’un texte réglementaire encadrant l’activité des entreprises du secteur d’Internet est une solution qui ne doit être utilisée qu’en dernier recours. Nous recommandons par conséquent une procédure en deux étapes. Dans un premier temps, un groupe de parlementaires devrait demander formellement aux entreprises du secteur d’Internet de s’entendre sur un code de déontologie qui s’inspirerait les recommandations de Reporters sans frontières exposées à la fin de ce document. Il serait par ailleurs conseillé aux entreprises de d’associer des organisations de défense de la liberté d’expression à la rédaction de ce document. Cette requête serait assortie d’un délai à l’issue duquel un texte devrait être soumis aux parlementaires à l’origine de cette initiative.

Dans le cas où, après expiration de ce délai, aucun code de déontologie satisfaisant n’avait été élaboré, ou si le document proposé ne ferait pas l’objet d’un consensus de la part d’un nombre suffisant d’acteurs représentatifs, les parlementaires pourraient s’atteler à la rédaction d’un texte législatif contraignant. Cette loi aurait pour objectif de s’assurer que les entreprises respectent la liberté d’expression, et ce même lorsqu’elles exercent leur activité hors du territoire des pays répressifs.

Contexte

Reporters sans frontières a dénoncé, à plusieurs reprises, le fourvoiement éthique de certaines entreprises du secteur de l’Internet lorsqu’elles opèrent dans des pays répressifs. Voici quelques exemples qui nous préoccupent particulièrement :

- Yahoo ! accepte depuis 2002 de censurer les résultats de la version chinoise de son moteur de recherche, selon une blacklist fournie par les autorités de Pékin. Reporters sans frontières a par ailleurs récemment prouvé que cette entreprise avait aidé la police chinoise à identifier puis à condamner un journaliste qui critiquait les atteintes aux droits de l’homme dans son pays. Les serveurs d’e-mails de la branche chinoise de Yahoo ! sont basés en Chine.

- Microsoft censure la version chinoise de son outil de blog, MSN spaces. Sur cet outil, il est impossible de taper les mots "démocratie" ou "droits de l’homme en Chine", qui sont automatiquement rejetés par le système. Cette entreprise a par ailleurs procédé à la fermeture du blog d’un journaliste chinois suite à des pressions de la part du gouvernement de Pékin. Ce blog était hébergé sur des serveurs basés aux Etats-Unis.

- Google a retiré de la version chinoise de son outil de recherche d’actualité, Google News, toutes les sources d’informations censurées dans le pays.

- Secure Computing a vendu à la Tunisie la technologie qui lui permet de censurer les sites d’information indépendants, dont celui de Reporters sans frontières.

- Fortinet a vendu à la Birmanie le même type de logiciel.

- Cisco Systems a commercialisé des équipements spécifiquement conçus pour faciliter le travail de surveillance des communications de la police chinoise. Cette entreprise est également soupçonnée d’avoir formé des ingénieurs chinois à l’utilisation de ses produits pour censurer Internet.

Nous estimons que ces pratiques portent atteinte à la liberté d’expression telle que définie par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, un texte fondateur des Nations unies censé s’appliquer à tous, y compris aux entités commerciales. En outre, de tels fourvoiements éthiques de la part d’entreprises américaines ternissent l’image des Etats-Unis à l’étranger.

Source : http://www.rsf.org/article.php3?id_...

Date : 10/01/2006 (multi)

Mis à jour le 19 janvier 2006

Voir aussi
Conférence Web2forDev - Deux journalistes de l’Institut Panos de Afrique de l’Ouest (IPAO) couvrent l’événement
Publication : "Enjeux et usages des TIC en Afrique : Les médias entrent dans le débat"
Nouveau guide "Ecrire sur les TIC et la lutte contre la pauvreté"
Cyberjournalisme - Un prix pour la paix
Sudan expels U.N. envoy for blog
Parution d’une étude sur les jeunes et les médias à l’ère du numérique
Scilife.org : Les journalistes scientifiques sont en ligne
Radios communautaires : Ça grince toujours !
Propos recueillis
Future for community radio is digital
“Nous voulons promouvoir et développer la presse en ligne en Côte d’Ivoire”
Deutche Welle : mises en nomination pour le meilleur blog de défense de la liberté d’expression
Campagne : La presse se mire sur le net
La radio de l’avenir sera numérique et interactive
Prix AISI des Médias 2006
Olivier Nana Zépa : "les journalistes sont des partenaires stratégiques"
Journalism and Future Wireless Technologies
SONATEL et SENTEL d’accord pour une deuxième licence de téléphonie
Bientôt un second opérateur global de téléphone : De la forte concurrence en vue pour la Sonatel et Sentel
Renforcement des capacités en TIC : Les médiats invités à mieux comprendre les enjeux de la société de l’information
Concours de production médiatique sur les NTIC : Candidatures jusqu’au 31 mai / PIWA : NICT media production contest : New deadline for applications : May 31st
Médias et technologie de la communication : Les journalistes invités à cliquer sur les véritables enjeux
Atelier de renforcement des capacités en TIC des médias sénégalais
Accès à l’’information en milieu rural
Tunisie : Table ronde sur « La presse électronique : réalité et perspectives »
Rencontre internationale sur la presse togolaise
Les nouveaux médias bouleversent le marché du sport et de la télévision
Des financements disponibles pour la formation "Online journalism"
La version revue et améliorée du kit de formation : « L’éducation fait l’info » est disponible en ligne
Livre : La révolte du pronetariat : des mass média aux média des masses
Des bourses disponibles pour assister au "We Media Global Forum"
Le Bureau du PIDC alloue des fonds à 41 nouveaux projets de médias dans les pays en développement
Télécommunications : Définir les priorités pour réduire la fracture numérique
Au rythme du cyberjournalisme
Bénin : L’ambassade de Chine augmente le parc informatique de la maison des Médias
Déjà trois générations d’info en ligne
L’UNESCO et la CBA proposent des principes directeurs en matière de réglementation de la radiodiffusion
RFI, le renouveau numérique de l’antenne, une des priorités pour l’année 2006
L’UNESCO organise un séminaire en ligne sur l’Education pour tous destiné aux journalistes
Un Cd-rom de formation pour les radiodiffuseurs en milieu rural
Medias : mise à l’essai d’un nouveau standard de diffusion des informations
Le Net à l’usage des journalistes : guide pratique de l’Internet pour les journalistes des pays en développement
Les nouvelles technologies bouleversent le journalisme
Sénégal : Une association de journalistes envisage de créer des cybercafés dédiés aux communicateurs
L’Afrique et la télévision de demain : Mactar Sylla campe les enjeux
Malgré leur importance dans la circulation de l’information : Les Tics, parent pauvre de la presse écrite
La FIJ proteste auprès du Président contre l’interdiction d’accès à son site web
Conseil national de régulation de l’audiovisuel : Reporters sans Frontières demande à Wade de ne pas promulguer la loi
L’Afrique dans la société de l’information : Les journalistes en analysent les enjeux à Dakar
Multimédiats : se mettre aux TIC, alors qu’il est temps
Technologies de l’information et de la communication : ouverture d’un atelier sur les stratégies nationales
Bénin : atelier NTIC pour les journalistes
Accès collectifs en milieu rural : le “far net” indien [Internet Actu]

Haut de page

IPAO - 6 rue Calmette, BP 21132 Dakar (Sénégal) - Tél : (221) 33 849.16.66 - Fax : (221) 33 822.17.61 - Email : contact_ _cipaco.org

Adresse du document : http://mediatic.panos-ao.org/article.php3?id_article=99
Extrait du site MédiaTIC : http://mediatic.panos-ao.org
IPAO - 6 rue Calmette, BP 21132 Dakar (Sénégal) - Tél : (221) 33 849.16.66 - Fax : (221) 33 822.17.61 - Email : contact_ _cipaco.org